Nouvelle saga pour K. Bromberg avec « Cuffed (Everyday Heroes #1) »

K. Bromberg, auteure de la saga Driven, nous revient chez Hugo New Romance avec trois nouveaux opus mettant en scène trois héros du quotidien.

Une chose est sûre, K. Bromberg aura fait des jaloux avec le succès de la saga Driven. Même si je ne suis pas allée au bout de cette série qui, à mon sens, aurait dû prendre fin au 4e tome, je ne peux nier les talents de cette auteure pour nous emmener dans de nouveaux univers. Chronique sur sa toute nouvelle création, Cuffed (Everyday Heroes #1).

De quoi ça parle ?

Emmy de retour dans sa ville natale, retrouve Grant, 20 ans après qu’elle l’ait rencontré sur les bancs de l’école, à l’âge de 8 ans, et sans que les blessures du passé n’aient entamé l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.
Grant Malone, devenu agent de police, reconnaît instantanément en la femme audacieuse et pleine de vie qu’est devenue Emmy Reeves, la petite fille timide dont il était amoureux petit garçon.
Certes, leur amour paraît impossible, Grant connaît mieux que quiconque le passé trouble d’Emmy. Mais quitte à braver la loi, il est déterminé cette fois, à ne pas la laisser repartir.

Trois frères, trois histoires

Une fois n’est pas coutume, c’est une saga aux tomes indépendants que nous propose K. Bromberg avec Everyday Heroes: il n’est donc pas obligatoire de les lire dans l’ordre, ou même de les lire tous pour comprendre l’histoire. Cela peut également signifier que l’un ou l’autre tome sera davantage apprécié que ses deux autres frangins.

L’auteure aborde ici un sujet choc qui n’est pas inconnu à la littérature : les violences domestiques et sexuelles. C’est un thème souvent abordé dans la New Romance et pas toujours avec justesse, car selon moi, il faut l’avoir vécu ou en avoir été au moins directement témoin que pour vraiment rendre ces sentiments décrits réalistes. Ici, l’auteure de manque cependant pas de fidélité au type de stress post-traumatique engendré par un tel traumatisme. J’ai été agréablement surprise par sa version du sujet.

J’aurais souhaité plus d’action

Je ne le nierai pas : K. Bromberg sait écrire et captiver ses lecteurs. Cependant, c’est en partant de ce constat déjà connu avec Driven que j’ai fini par mettre trop d’espoir dans ce premier opus. Pendant les 300 premières pages, Grant et Emerson ne font que se courir après et se chamailler. J’ai même failli abandonner jusqu’à ce que ça devienne finalement intéressant et que je finisse de lire sur un sentiment positif. Mon avis reste mitigé sur cette histoire qui manque d’un petit quelque chose en plus pour vraiment nous rendre accro, car tous les ingrédients de base sont là : un flic séduisant, une jeune femme forte et indépendante, une attraction indéniable entre les deux, avec pour petit plus, des sous-entendus clichés grâce à la profession de Grant Malone. Pourtant, certaines scènes, certains dialogues m’ont paru quelque peu irréalistes, voire même forcés.

J’ai néanmoins apprécié ma lecture au final, seulement, je ne le relirai pas. Je me réjouis de savoir que les deux autres tomes sont indépendants de celui-ci car je peux ainsi espérer qu’ils soient un peu plus à mon goût. Qui vivra verra, comme on dit !

Un petit mot pour la fin

La petite note de l’auteure n’arrange certes pas tout mais elle offre une nouvelle dimension, un nouveau regard à porter sur cette, malgré tout, très belle histoire. Je vous suggère donc de ne pas la sauter !

Avez-vous lu ce premier tome d’Everyday Heroes ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-moi tout dans les commentaires !

Bonne lecture, et gardez la banane !

1 commentaire

  1. […] envie de découvrir ma dernière chronique d’un roman Hugo ? C’est par ici que ça se passe […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *